L’hyperinflation, les risques et comment s’en protéger ?

avril 17th, 2020 Posted by Actualité 0 thoughts on “L’hyperinflation, les risques et comment s’en protéger ?”

L’hyperinflation n’a plus été vécue en Europe depuis la république de Weimar en Allemagne. Au USA, c’est encore plus vieux au 19ème siècle. Et pourtant, le risque apparait de nouveau. Explications !

Inflation rampante

Toutes les économies connaissent un certain niveau d’inflation, qui se produit lorsque le prix moyen des biens augmente, alors que le pouvoir d’achat de cette monnaie diminue graduellement.


Habituellement, les gouvernements et les institutions financières travaillent ensemble pour garantir que l’inflation se produise à un rythme régulier et progressif. Toutefois, il y a eu de nombreux cas dans l’histoire où les taux d’inflation se sont accélérés à un degré sans précédent qui a entraîné une diminution de la valeur réelle de la monnaie du pays dans des proportions alarmantes. Ce taux d’inflation accéléré est ce que nous appelons l’hyperinflation.

Hyperinflation définition

hyperinflationL’hyperinflation est une perte totale de confiance dans la monnaie. Dès que l’on entre en possession de monnaie, on craint tellement que son pouvoir d’achat ne baisse au jour le jour que l’on se presse de s’en débarrasser en achetant des biens ou des actifs tangibles. Lorsque cela survient, la fonction de réserve de valeur de la monnaie n’existe plus !

La littérature économique propose d’autres définition de l’hyperinflation que voici

  • Les périodes d’hyperinflation commencent lorsque le prix des biens et des services augmente de plus de 50 % en un mois.
  • L’hyperinflation est une période d’inflation extrêmement rapide, généralement causée par une augmentation rapide de la masse monétaire. Elle est généralement due à l’impression effrénée de la monnaie fiduciaire.

Il est important de souligner que l’hyperinflation se produit de manière soudaine.

Les étapes d’un scénario d’hyperinflation

Les déficits budgétaires

En prélude à l’hyperinflation, la situation budgétaire des états qui accusent un grand déficit. Les banques centrales doivent alors injecter de l’argent pour éviter que les pays ne fassent défaut sur leur dette.C’est le scénario qui existait antérieurement à la crise de 2020. La BCE rachetait la dette des états et maintenait artificiellement les taux à zéro.

La crise économique

Dans les situations d’hyperinflation que l’histoire a connu, le manque d’argent déclenche des faillites massives. Cela fait augmenter le chômage. Dans le scénario actuel, la réserve fédérale permet aux banques de prêter aux entreprises en situation de quasi faillite et elle rachète la dette émise.
Cela permet de réduire (un peu) la gravité de la crise économique mais au prix d’un risque accru de dépréciation de la monnaie.

L’hyperinflation survient

Pendant la survenance des problèmes économiques, les politiciens tenteront d’intervenir comme nous venons de le voir.

Des mesures seront prises pour aider l’économie et sauvegarder des emplois. Cela comprendra une multitude de programmes de dépenses et, surtout l’octroi de crédits avec des augmentations astronomiques de la masse monétaire. Cette augmentation se fait sans la production de biens et services en contrepartie. Il y aura plus d’argent dans le système financier que de biens réels.

Le scénario d’hyperinflation commencera lorsque les gens réaliseront que l’argent perdra son pouvoir d’achat. C’est alors que d’un coup un mouvement de panique peut s’enclencher.

Les politiciens réagiront avec des mesures telles que :

  • fixation des prix,
  • blocage des loyers,
  • interdiction d’acheter de l’or,
  • répression des libertés individuelles,
  • etc.

In fine, on peut assister à un effondrement monétaire qui nécessitera la mise en place d’une nouvelle monnaie.

L’hyperinflation, une hausse des prix qui s’auto-alimente

Pour comprendre comment l’hyperinflation est un cercle vicieux, retournons à nos classiques avec la formule de Fisher :

En 1911, Irving Fisher a imaginé le concept d’équation d’échange. Cette équation était MV=PT, où

  • M était représentatif de la quantité de monnaie,
  • V était la vitesse de circulation de la monnaie,
  • P était le niveau des prix,
  • T représentait le volume des transactions.

La vitesse de circulation de la monnaie ou la vélocité

Pour Fisher, V est égal au total des dépenses pour une période de temps, généralement une année, divisé par le montant moyen de l’argent en circulation pour la même période de temps.

En temps normal la vitesse de circulation est relativement stable. Avec la contraction de l’activité économique, V a chuté fortement. Les états et banque centrale pour éviter une forte déflation ont réagi rapidement. Comment ? En augmentant M car M peut être modifié, à tout moment, par les actions d’une banque centrale. Ce sont les politiques et les actions de la Réserve fédérale et du Trésor aux USA et de la BCE en Europe qui déterminent le niveau de M. Une banque centrale peut également introduire de la nouvelle monnaie dans le monde en achetant des titres de dettes existantes avec de la nouvelle monnaie.

L’équation initiale peut alors s’écrire comme ceci : P=MV/T

Les banques centrales augmentent la valeur de M en espérant le faire pour compenser la diminution de V. Dans ce cas, P, les prix bougeront peu !

Vu les injections massives, on parle de milliers de milliards, le fine tuning ou les ajustements fins, sont impossibles. Soit les injections monétaires ne suffiront pas à annihiler la déflation soit elles vont engendrer une inflation plus forte que prévu.

Dans ce cas la possibilité d’une inflation des prix se profile à l’horizon. Quand cette inflation deviendra trop forte, la seule façon de la ralentir serait une hausse des taux. Les banques centrales seront récitants à la réaliser pour les raisons suivantes :

  • Toutes les dettes qu’elles ont dans leur bilan perdraient instantanément de la valeur.
  • Le risque d’un krach obligataire serait énorme.
  • Les pays endettés devraient se refinancer à des taux qui feraient grimper leurs déficits.

La hausse des taux risque donc ne pas arriver à temps pour contrer l’inflation croissance. Les prix risquent alors de s’emballer à cause de la hausse de la vitesse de circulation de la monnaie. Les consommateurs se hâteront pour acheter des biens ou des valeurs tangibles avant que la monnaie qu’ils détiennent ne perde de la valeur puisque le prix de ces biens augmenteront de plus en plus vite.

Une fois que le phénomène est enclenché, un retour en arrière est très très complexe car la confiance dans la monnaie est irrémédiablement perdue.

Suivre l’évolution de la vitesse de circulation

velocite-monnaie

Source : https://fred.stlouisfed.org/series/M1V

Sur le site de la réserve fédérale de Saint Louis, vous avez accès à ces données. Les données du premier trimestre de 2020 n’y sont pas encore. On remarque que la vélocité a baissé régulièrement depuis la crise des subprimes. Des forces déflationnistes étaient déjà en marche mais dans une mesure bien plus réduite que la crise actuelle.

Depuis 12 ans, les banques centrales ont d’ailleurs eu régulièrement recours à des Quantitative Easing ou assouplissements quantitatifs pour éviter de retomber en récession.

Conséquences de l’hyperinflation

  • L’épargne ne vaut plus rien. Les gens perdent leurs économies à mesure que l’argent devient sans valeur. Pour cette raison, les personnes âgées sont les plus vulnérables à l’hyperinflation.
  • Les dettes non plus. Les banques et les prêteurs devraient faire faillite car leurs prêts perdent de la valeur. Ils manquent de liquidités car les gens cessent de faire des dépôts. Les banques ne survivent que grâce aux liquidités fournies par les banques centrales.
  • Comme les gens achètent des biens pour se débarrasser de leur argent, cela crée des pénuries. Cela commence avec les biens durables, comme les automobiles et les machines à laver. Si l’hyperinflation se poursuit, les gens accumulent des biens périssables, comme le pain et le lait. Ces denrées quotidiennes deviennent rares et l’économie s’effondre.
  • L’hyperinflation fait chuter la valeur de la monnaie sur les marchés des changes. Les importateurs du pays font faillite car le coût des produits étrangers monte en flèche.
  • Le chômage augmente lorsque les entreprises ferment leurs portes.
  • Les recettes fiscales du gouvernement chutent et il a du mal à fournir les services de base. Le gouvernement imprime plus d’argent pour payer ses factures, ce qui aggrave l’hyperinflation.

Comment se protéger de l’hyperinflation

Protéger son patrimoine en cas d’hyperinflation

Pendant une période d’hyperinflation, les obligations et les bons d’états libellés dans la monnaie sont à éviter. En effet ces actifs sont constitués de créances que vous détenez auprès de tiers. Ces créances sont émises dans une monnaie. Si cette monnaie devait se déprécier à cause de l’hyperinflation, vos débiteurs vous rembourseraient en ce que l’on qualifie de monnaie de singe.
En période d’hyperinflation les épargnants en produits de taux sont irrémédiablement ruinés.

Il faut aussi éviter, les produits d’investissement qui sont indirectement liés à ce type de placement comme certaines assurances vie.

Les actifs tangibles ou hard assets

L’or le rempart contre l’hyperinflation : C’est le refuge traditionnel. A contrario des monnaies papier, l’or garde une valeur relativement constante dans le temps.

L’argent physique

Des actifs productifs : des terres agricoles, une usine qui fabrique des biens essentiels, des animaux comme des poules, des moutons, des lapins, etc. En Allemagne pendant la république de Weimar, ce sont les agriculteurs qui ont le moins souffert !

Les monnaies des pays dont l’économie repose sur les matières premières, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Brésil et le Canada, se portent mieux pendant les périodes d’inflation. Et la monnaie refuge traditionnelle est bien sûr le franc suisse.

S’endetter et rembourser en monnaie de singe

Si une forte inflation ou une hyperinflation se profile à l’horizon, il est judicieux d’essayer de contracter autant de dettes à taux fixe que possible dans la monnaie en hyperinflation et de les convertir en actifs immobiliers comme des maisons ou appartements. Si vous êtes locataire, pensez sérieusement à acheter votre résidence principale.

Cela ne marche que si vous anticipez la survenue de l’hyperinflation. En période d’hyperinflation, il est peu probable que vous trouviez un prêt. Parce que le secteur du prêt va probablement disparaître. Qui vous prêtera de l’argent aujourd’hui si lorsque vous aurez remboursé, il ne pourra pas acheter un café

Cas d’hyperinflation dans l’histoire

L’hyperinflation survient régulièrement dans l’histoire de l’humanité car l’homme de tout temps a essayé de manipuler la monnaie. Voici quelques exemples qui se sont déroulés en Europe et aux États-Unis :

  • France 1789-1803 Les assignats ont été créés sous forme de notes par le gouvernement français sur la base de la valeur des biens d’église confisqués. Mais ils étaient imprimés sans rapport avec la valeur sous-jacente et finissaient par perdre toute leur valeur (aucune valeur d’échange).
  • États-Unis 1779 47 % d’inflation par mois
  • États-Unis 1861-1865 Hyperinflation totale de 1 200 à 1. Taux d’inflation de la guerre civile confédérée
  • Autriche 1914-1923 En un an (1922), l’inflation a atteint 1426 % et l’indice des prix à la consommation a globalement été multiplié par 11 836.
  • Allemagne 1914-1923 Hyperinflation totale 1 000 000 000 000 à 1. Hyperinflation à Weimar Allemagne
  • Hongrie 1919-1924 L’inflation a atteint 98% par mois en 1922
  • Pologne 1918-1924 Hyperinflation 800 000 à 1
  • Grèce 1942-1953 Hyperinflation totale 50.000.000.000.000 à 1
  • Hongrie 1945-1946 Hyperinflation totale 400.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000 à 1. Certains historiens pensent que cette hyperinflation était en fait un acte de guerre car les marxistes russes ont essayé de détruire les classes moyennes et supérieures hongroises.
  • Yougoslavie 1989-1994 À la fin, la monnaie hyperinflationniste s’échangeait à 1027 pour un.
  • Pologne 1989-1994 À la fin, la monnaie hyperinflationniste s’échangeait à 10 000 contre un.
  • Bosnie-Herzégovine 1992-1993 Hyperinflation au taux de 100 000 pour 1.
  • Biélorussie 1994-2002 À la fin, la monnaie hyperinflationniste s’échangeait à 1 million pour 1.